Les Rendez-vous de l’Histoire de Debdou مواعيد التاريخ في دبدو

Le programme du festival

Les Rendez-vous de l’Histoire de Debdou

Première édition

Juifs et Musulmans au Maroc à travers les siècles

 

 

Quelques mots sur ce festival

Ce festival s’inscrit dans la droite ligne de l’appel de sa Majesté le Roi Mohammed VI, au lancement de l’initiative Royale pour la Région de l’Oriental en 2003. Nous, membres de la société civile marocaine, estimons qu’il est de notre devoir d’œuvrer pour le développement économique et culturel de notre région et particulièrement des villes qui souffrent le plus de précarité et de marginalité. La réussite de ce festival sera d’abord celle d’une ville et de ses habitants. Tous ensemble, pour le développement de notre région et de notre pays.

Ce projet, nous l’avons travaillé pendant plusieurs mois. Et quand nous avons appris l’existence de ce programme PISCCA et de l’appel à projets, nous n’avons pas hésité une minute. Nous avons présenté ce projet en juillet 2017. En octobre 2017, nous avons été très heureux d’apprendre que notre projet a été sélectionné pour bénéficier du soutien de l’Ambassade de France. Nous croyons, naïvement que le plus dur a été fait. Erreur, le plus dur ça sera la suite…

Pendant près d’un an, nous avons frappé à toutes les portes du Royaume. Certains nous ont reçu avec le sourire, d’autres avec la grimace quand d’autres nous ont fermés leurs portes. On comprendra progressivement que la culture dans le Royaume est un long combat, pour ne pas dire un sport de combat. Il faut savoir prendre les coups pour durer, des coups bas, insultes, moqueries, fausses promesses, mensonges, diffamations, menaces, etc. Pourquoi la culture fait si peur dans ce pays ? Heureusement, dans ce périple et au plus fort de la tempête, nous avons rencontré de belles personnes qui nous ont soutenu et conseillé. Nous sommes là aujourd’hui grâce à elles. Et si ce festival aura finalement lieu, c’est aussi grâce à elles. On ne citera pas de noms, mais tout le monde se reconnaîtra. A quelques jours de cette grande fête de la culture à Debdou, ils ne sont que quelques partenaires à nous avoir tendu la main, sans rien demander en retour. Merci à eux.

Pourquoi un festival à Debdou ?

Certains se posent cette question. La réponse est claire. Nous la publions ici pour ceux qui s’interrogent et surtout pour ceux qui ne connaissent pas Debdou.

Le Programme du Festival :

Les conférences :

 

Littérature :

Hommage à Simon Lévy

Littérature

Cinéma

Musique

 

 

 

 

 

 

 

Les rendez-vous de l’Histoire. Communiqué de presse

Communiqué de presse

07/10/2018

L’association de la Kasbah pour le développement et l’entraide sociale et l’association des Amis de Debdou sont très heureuses de vous annoncer l’organisation de la première édition du festival  » Les Rendez-vous de l’Histoire » à Debdou dans le Maroc oriental, les 28, 29 et 30 octobre.

Cette première édition de cet événement inédit au Maroc aura pour thème :

 » Juifs et Musulmans au Maroc à travers les siècles »

Ce projet de festival a eu le soutien de l’Ambassade de France dans le cadre du programme PISCCA et

 

l’appel à projet à destination de la société civile marocaine.

L’objectif des organisateurs et de faire connaître la ville de Debdou et de rendre hommage à son histoire très riche et au modèle de cohabitation qu’elle a su bâtir pendant des siècles entre Juifs et Musulmans.

Ce festival d’une durée de trois jours sera ponctué d’animations, de conférences-débats, de films,  de musiques, d’expositions, d’ateliers et de visite de sites.

Ce festival réunira plusieurs historiens et professeurs marocains et étrangers, ainsi que des écrivains, cinéastes, artistes et musiciens.

 

Par  ce festival, les organisateurs espèrent faire la promotion non seulement de la ville de Debdou, mais également de toute la région de l’Oriental marocain, avec la conviction qu’une culture accessible à tous et partout dans le Royaume, est  un levier de développement de cette région.

Ils répondent, en cela, à l’Initiative Royale pour la Région de l’Oriental et à l’appel historique de sa Majesté Mohammed VI, à Oujda,  du  18 mars 2003 qui invite instamment :

 » les forces vives de la Région à s’intéresser davantage à la promotion de leur région et à s’investir dans l’effort collectif de développement solidaire que Nous conduisons pour combattre la pauvreté, la marginalisation et toutes les velléités d’extrémisme lequel, du reste, n’a pas sa place dans une société telle que la nôtre qui se distingue par son authenticité et son ouverture sur les autres civilisations ».

Nous appelons les amoureux de l’Histoire, du Maroc, de Debdou et de la Région de l’Oriental, ainsi que tous ceux qui œuvrent pour une culture de qualité accessible à tous à venir participer avec nous  à ce festival pour en faire une fête de la culture, de la fraternité et de la solidarité.

la Direction du festival

 

 

www.debdou.fr        rdv-histoire@debdou.fr          Facebook  @akdesdebdou     

Contact : France 00 33 6 20 91 18 10   Maroc : 00 212 673 881 279

Communiqué de presse des organisateurs des « RDV de l’Histoire de Debdou »

 

Communiqué de presse

11/08/2018

Les organisateurs de la première édition du festival « les Rendez-vous de l’Histoire » de Debdou qui était prévue les 2, 3 et 4 septembre 2018 annoncent, qu’après consultation de leurs partenaires principaux et dans un souci de faire associer davantage d’acteurs locaux, collectivités territoriales et pouvoirs publics afin de garantir le plus large succès possible à cette manifestation inédite dans la région de l’Oriental, la décision de reporter le festival aux 28, 29 et 30 octobre 2018.

Les organisateurs renouvellent leur appel à toute la société civile de Debdou, de la province de Taourirt et de la région de l’Oriental, ainsi qu’aux représentants locaux, départementaux et régionaux des collectivités territoriales et des pouvoirs publics pour s’associer à l’organisation et à la réussite de cet évènement majeur dans la vie culturelle de l’Oriental marocain.

Pour tout contact, écrire à : rdv-histoire@debdou.fr   ou appeler :   00212641380762

 

La direction du festival

 

Financement participatif pour les chambres d’hôtes du Mellah de Debdou

Nous avons besoin de vous. Le temps passe vite mes amis. Vous avez été nombreux à participer à notre collecte sur le site Ulule : Opération « Chambre d’hôtes à Debdou » et je vous remercie du fond du cœur.

Le principe de cette opération est de permettre à des habitants du Mellah et des quartiers historiques de Debdou d’aménager des chambres d’hôtes pour pouvoir accueillir des visiteurs de cette belle ville, améliorer leurs conditions financières et participer au développement de cette cité.

Debdou enneigé !!

Nous avons déjà recueilli la somme de 826 €, soit 27% de l’objectif total qui est de 3000 €. Il ne nous reste plus que 19 jours de collecte pour atteindre cette somme. Le principe d’Ulule est tout ou rien, c’est à dire que si nous n’atteignons pas cet objectif, les sommes seront restituées à nos généreux donateurs.

Les chantiers sont prévus début aout 2018 avec les compagnons bâtisseurs de Tours. Le temps presse…

Nous remercions beaucoup les amis ayant déjà contribué. Pour ceux qui souhaitent contribuer à la réussite de ce projet, il est encore temps. Merci de nous aider et n’hésitez pas à partager autour de vous, auprès de vos amis, de vos proches et de vos réseaux. Vous participerez ainsi à une belle aventure en devenant les pionniers de ce magnifique projet.

Nous sommes disponibles pour toute information sur ce projet.
Pour plus d’information ou pour contribuer, merci de cliquer sur le lien suivants :

Projet de financement participatif  » Chambres d’hôtes au Mellah de Debdou »

Les rendez-vous de l’Histoire de Debdou

 

 

 

Appel à contribution et à participation aux conférences

 

Festival « Les Rendez-vous de l’Histoire de Debdou »

Juifs et Musulmans du Maroc à travers les siècles

2,3 et 4 septembre 2018

 

Pourquoi un festival sur l’Histoire à Debdou ?

On ne peut évoquer Debdou, petite ville de l’Oriental marocain sans être troublé par l’extraordinaire décalage entre l’histoire très riche de cette ville, ce qu’elle fut et ce que Debdou est devenue aujourd’hui : ville oubliée, marginalisée et sous-développée,  souffrant du manque d’infrastructures, de chômage et de pauvreté, alors que paradoxalement son patrimoine architectural, culturel, cultuel, ainsi que son site géographie magnifique aurait pu faire de Debdou l’un des sites les plus importants du Maroc sur notamment le plan touristique.

L’association de la Kasbah pour le développement et l’Entraide Sociale de Debdou (AKDES), en partenariat avec l’association des « Amis de Debdou » basée en France, organisent à Debdou un festival, qui est peut-être le premier dans son genre au Maroc, consacré à l’Histoire appelé : Les Rendez-vous de l’Histoire de Debdou, imaginé sur le modèle de celui de la ville française de Blois.

Ce festival aura lieu les 2, 3 et 4 septembre 2018 à Debdou, ville historique du Maroc, ancien Emirat au passé riche et dont les vestiges historiques en témoignent encore. Debdou a été une place forte de la dynastie mérinide et un refuge pour les  juifs chassés de l’Espagne catholique et dont la source Aïn Sbylia (Source de Séville) qui coule toujours témoigne de ce lien éternel entre Maroc et Andalousie, entre Orient et Occident.

Debdou, dont Charles De Foucaud, premier européen à la découvrir et dont il fit une description très précise dans ‘Reconnaissance du Maroc »,  a été aussi une terre de résistance acharnée contre la campagne de « pacification française » dans l’est marocain. les batailles héroïques sur les terres de Alouana et de Bni Raïs restent encore dans les mémoires des habitants de Debdou.

 

Le festival des ‘Rendez-vous de l’Histoire » est né de l’idée selon laquelle, on ne peut séparer, ni opposer culture et développement. ce n’est pas un hasard, si les régions les moins développées du Royaume sont celles aussi où l’accès à une véritable culture est difficile voire impossible.

Ce projet est ambitieux car il ne vise ni plus ni moins que de sortir Debdou de son isolement en lui ouvrant le chemin vers de véritables projets de développement qui auront un impact réel sur la situation socioéconomique des habitants de la ville et de ses environs, afin que Debdou retrouve un peu de sa grandeur d’antan.

Nous avons choisi comme thème de la première édition celui de la coexistence judéo-musulmane  au Maroc. Le choix de ce thème de l’édition est à la fois audacieux et symbolique. Audacieux, car nous n’ignorons rien du contexte national et international marqué par des crispations identitaires, religieuses et la persistance de la question palestinienne. Symbolique, car il rend hommage à ce que Debdou a été pendant plusieurs siècles : terre de coexistence judéo-musulmane et carrefour d’échange culturel et commercial entre le sud et le nord, l’est et l’ouest. Debdou, ville enclavée et entourée de montagne a toujours été une terre d’ouverture vers l’autre. C’est aussi vers quoi ce festival est tourné et sur quoi il a été imaginé. Tolérance, respect et solidarité sont les valeurs qui guident notre démarche.

Ce festival durera trois jours. nous voulons qu’il soit riche de tout ce qui symbolise la coexistence judéo-musulmane, que ce soit au niveau des conférences scientifiques qui aborderont l’histoire commune des juifs et des musulmans dans toutes sa complexité et ses dimensions : sociales, culturelles et politiques.

Il est clair que tout ne pourra pas être évoqué lors de ces trois journées. Aussi, nous avons décidé que tous les travaux proposés et sélectionnés feront l’objet à la fin du festival, d’une édition sous la forme d’un ouvrage collectif,  qui constituera un document de référence pour tous ceux qui s’intéressent à ce sujet.

 

 

Invitation à participation et à contribution

L’histoire des juifs au Maroc est très ancienne et fut nourrie par diverses vagues de réfugiés à la suite des vicissitudes et persécutions dont ont été victimes les juifs au cours de l’histoire.

La présence juive au Maroc est attestée dès le IIe siècle av. J.-C., notamment à Volubilis à l’époque romaine, et y reste présente jusqu’au VIIe siècle apr. J.-C., renforcée par l’arrivée de migrants juifs d’Espagne ayant fui les persécutions wisigothes du VIIe siècle. Avec l’arrivée de l’islam, la population juive passe sous la domination musulmane et se voit imposer le statut de dhimmis. La population juive dite tochavim du Maroc connaît des variations démographiques et politiques jusqu’à être renforcée à nouveau par l’arrivée de migrants juifs de la péninsule Ibérique, forcés de quitter les royaumes d’Espagne et du Portugal durant la Reconquista ; ce sont les megorachim.

Si la communauté juive s’est trouvée forte de plusieurs centaines de milliers d’individus jusqu’au XXe siècle, elle s’y est réduite pour compter actuellement 2500[1].

 

Il est très difficile d’évoquer la coexistence et les relations entre Juifs et Musulmans au Maroc, sans évoquer ses moments de tension et ses moments de paix. La complexité de ces relations n’est pas simplement liée à la création de l’état sioniste en terre de Palestine. Si les guerres israélo-arabes de 1948 et de 1967 ont précipité le départ des dizaines de milliers de juifs marocains vers l’Europe, les Amériques ou Israël, il n’en demeure pas moins qu’un lien d’attachement assez singulier continue encore d’exister entre cette diaspora juive et son pays natal le Maroc.

Debdou est un exemple bien particulier de la complexité des relations judéo-musulmanes. Les derniers juifs de Debdou ont quitté la ville à la fin des années 1980. Des dizaines de juifs, dont les Marciano et les Cohen viennent tous les ans visiter leur ville d’origine et se recueillir dans leurs cimetières, leurs synagogues ou pour découvrir leurs habitations au Mellah.

On dit que Debdou est une ville juive sans les juifs. Il est vrai que six siècles de présence juive à Debdou ont marqué cette ville à tout jamais. La mémoire collective est riche d’histoires et d’anecdote qui racontent cette cohabitation. Les plus jeunes n’ont pas connu les juifs à Debdou, mais se sont habitués à les voir en touristes déambulés dans les rues du Mellah. Pour les anciens, les juifs étaient leurs voisins, amis ou avec qui ils faisaient des affaires. Certains regrettent leurs départs de la ville, d’autres espèrent un retour qui ferait revivre Debdou.

Au delà de la nostalgie de la belle époque et de l’émotion des retrouvailles entre anciens et nouveaux, une analyse rationnelle et objective de cette période de coexistence s’impose. Au delà du cas de Debdou. le passé commun et l’héritage juif interrogent l’identité marocaine d’aujourd’hui.

A partir de ces quelques éléments, les trois grandes conférences scientifiques qui auront lieu pendant ces 3 journées de festival s’articuleront autour des axes suivants :

  • Approche historique de la présence juive au Maroc en général et à Debdou en particulier
  • Une étude du modèle marocain de coexistence des religions, avec une étude particulière de la coexistence judéo-musulmane à Debdou
  • Approche socioculturelle de la vie des juifs de Debdou, à travers les rites et les traditions
  • L’habitat juif du Mellah, approche urbaine, sociale et politique.
  • la musique populaire, habits traditionnels et patrimoine culinaire: une culture et un art de vivre commun ?
  • Étude d’archives et de documents historiques.

 

 

 

 

Organisation du festival :

le festival se déroulera sur trois journées du dimanche 2 septembre au mardi 4 septembre 2018.

Une grande conférence sera organisée chaque jour.

Des ateliers, des expositions de photos, de livres et d’habits traditionnels

Projection de deux films

Deux soirées musicales

Visites de sites

 

Participation et contributions :

Les professeurs et chercheurs souhaitant participer au festival sont priés de nous adresser avant fin juillet 2018 les contenus de leurs participations ou des propositions éventuelles.

Des invitations seront adressés aux participants et intervenants début aout 2018.

Tous les frais de déplacements, de repas et d’hébergement sont pris en charge par l’organisation du festival

 

Pour tout contact :

Docteur Mohammed Hamas : med.hamas61@gmail.com   00 212 6 61 96 87 38

Docteur Rachid Boughaleb :  raboughaleb@gmail.com  00 212 6 70 53 19 13

Fath Allah Meziane : fathallah.meziane@gmail.com  Fr : 00 33 6 20 91 18 10 ou

Maroc 00 212 610 125 274

Direction du festival : rdv-histoire@debdou.fr

www.debdou.fr

Facebook Les rendez-vous de l’Histoire de Debdou

 

[1] Extrait du site wikipédia. L’histoire des juifs au Maroc faisant l’objet de plusieurs controverses notamment, cet extrait a été choisi car il résume globalement l’évolution de la présence juive au Maroc.

 

Opération « Chambres d’hôtes au Mellah de Debdou ». Un projet solidaire pour la mémoire et pour le développement de la ville

Pour tout savoir et soutenir le projet, merci de cliquer ici

https://fr.ulule.com/mellah-debdou/

C’est fait, nous venons de lancer notre projet participatif sur le site Ulule.

Opération  » Chambres d’hôtes au Mellah de Debdou »

 

L’un des principaux obstacles à un développement touristique de la ville de Debdou est l’absence ou l’insuffisance  d’infrastructures hôtelières . Dans la perspective du festival   » Les Rendez-vous de l’Histoire » qui aura lieu à Debdou en septembre prochain et en concertation avec des associations et des habitants de la ville, nous avons lancé l’opération « Maisons d’Hôtes au Mellah ».

Cette opération se met en place en partenariat avec l’association des Compagnons Bâtisseurs de Tours en France et l’association de la Kasbah de Debdou.

Les chantiers sont prévus en août prochain avec la participation de jeunes bénévoles issus des quartiers des ville de Tours et d’Orléans, ainsi que de jeunes bénévoles marocains de  l’association La Kasbah, encadrés  par  les Compagnons Bâtisseurs.

En quoi cela consiste ?

Il s’agit aider les habitants du Mellah et des autres quartiers historiques de la ville à aménager des chambres d’hôtes pour pouvoir accueillir des visiteurs et des touristes.

Pendant le festival, ces chambres d’hôtes permettront d’accueillir les visiteurs et les participants chez l’habitant qui recevra en échange une rémunération.

Après le festival, l’habitant continuera, s’il le souhaite, à louer sa chambre d’hôtes, aux touristes de passage à Debdou.

Une grande partie des matériaux nécessaire à la réhabilitation, et notamment tout ce qui concerne les sanitaires, sont fournis et acheminés vers Debdou,  grâce à la plate forme Soli’Bât des Compagnons Bâtisseurs de Tours. Le reste sera acheté sur place, au Maroc.

Le projet, dans sa première tranche (chantier août 2018) consiste à aménager 6 chambres d’hôtes à Debdou.

A quoi serviront les fonds collectés ?

Pour mener à bien ce projet qui nous tient à cœur, nous avons besoin de votre soutien. En effet, les fonds que nous récolterons serviront  à financer les matériaux et équipements nécessaires à la restauration et l’aménagement d’hébergements et qui n’auront pu être acheminés depuis la France.

Le coût des travaux pour un hébergement (1 chambre et des sanitaires / logement) est estimé à environ 500€, soit, pour l’achat : d’1 ballons d’eau chaude, de sanitaires, de matériel électrique, de matériaux divers de second œuvre.

L’objectif de cette collecte est d’aménager dans un premier temps au moins 6 chambres d’hôtes, pour un coût total de 3000 €. Si le montant de la collecte dépasse les 3000 €, celà nous permettra d’aménager plus de chambres. Nous espérons même atteindre l’objectif d’une vingtaine de chambres si nos donateurs se montrent très généreux.

500 € = Une chambre d’hôtes

1000 € = Deux chambres d’hôtes

3000 € = Six chambres d’hôtes

6000 € = Douze chambres d’hôtes

Cette première collecte de 3000 € est très importante et conditionnera la réussie de tout le projet. Plus les dons sont importants, plus celà nous permettra d’aller loin dans ce projet en faisant participer plus d’habitants.

Opération Chambres d’hôtes au Mellah de Debdou

Objectifs :

  • Valoriser et sauvegarder le patrimoine judéo-musulman de la ville de Debdou
  • Augmenter la capacité d’accueil touristique de la ville pour attirer les touristes à Debdou
  • Améliorer les conditions économiques des habitants des quartiers historiques de Debdou

 

Debdou, c’est où ?

 

Debdou est une petite bourgade de l’Oriental marocain, située à l’écart des circuits touristiques. Méconnue et oubliée aujourd’hui, elle fut cependant et pendant plusieurs siècle un émirat prospère qui participa à l’édification du Maroc contemporain. Debdou, cité mérinide au XIIème siècle a joué un rôle politique très important entre le XIIIème et le XVIème siècle est connue surtout pour avoir été l’une des seules villes du monde arabo-musulman où le nombre de ses habitants juifs était supérieur à celui des musulmans. Pendant plusieurs siècles, Debdou a été un modèle de coexistence et de tolérance entre juifs et musulmans.

 

Aujourd’hui, il n’y a plus de juifs à Debdou, mais la cité garde jalousement tous les vestiges de ce passé fraternel. En cela,  et malgré le temps et l’oubli, Debdou reste le symbole d’une cohabitation possible entre juifs et musulmans.

  

Le déclin économique de la ville de Debdou a commencé au début du siècle dernier. le départ des juifs par vagues successives, ainsi que la migration vers l’Europe d’une grande partie de ses habitants ont plongé la ville dans une misère économique et sociale qui perdure depuis plusieurs décennies.

Dans une région minée par le sous- développement, le chômage et  les problèmes socioéconomiques, l’absence de perspectives poussent des centaines de jeunes et d’habitants à quitter leur ville pour aller chercher des lendemains meilleurs vers l’Europe ou vers des villes marocaines plus prospères.

Aujourd’hui, la ville de Debdou essaye de renaître et de sortir de son isolement pour envoyer son message au monde d’aujourd’hui marqué par les fractures, le repli et les crispations identitaires et religieuses.

Consciente de la richesse de son passé patrimonial, culturel et civilisationnel, la population de Debdou, grâce à un réseau d’associations et de jeunes très actifs, essaye d’œuvrer pour le développement économique de la ville et lutter contre les carences dans les domaines de la santé, de l’éducation, du travail et des infrastructures.

Pour sortir de son marasme économique et social, Debdou s’appuie sur ses atouts et son immense patrimoine naturel, historique et cultuel afin de développer un tourisme solidaire avec la participation de ces habitants et contribuer ainsi à l’amélioration de la situation socioéconomique de la ville.

 

 

Qui sommes-nous ?

 

L’association des Amis de Debdou est née de l’initiative d’un groupe d’amis ayant découvert cette ville fantastique de Debdou et qui ont été frappés et choqués par le décalage entre d’une part,  les immenses atouts naturels de ce site, la richesse de son patrimoine, l’ouverture de sa population et le dynamisme de sa jeunesse et d’autres part les conditions de vie très difficiles de la majorité de ses habitants et les difficultés sociales et  économiques dans lesquelles vit sa population.

Conscients de la particularité de cette petite ville et de sa richesse historique et culturelle et le message de tolérance qu’elle porte par son passé, les Amis de Debdou essayent de faire connaître cette ville dans le monde entier et contribuent par leurs modestes moyens et par des actions de solidarité à la réussite de toutes les initiatives qui vont dans le sens d’un développement économique et social de la ville.

Plusieurs actions ont été menées depuis la création officielle de l’association en 2016 :

 

  • Opération hiver chaud en faveur des élèves des écoles et collèges de la ville
  • Equipement informatique de l’association de la Kasbah de Debdou
  • Dons de livres scolaires
  • Chantier international des jeunes bénévoles à Debdou en aout 2017 en partenariat avec l’association des Compagnons Bâtisseurs de la Région Centre et l’association de la Kasbah de Debdou. la seconde édition de ce chantier aura lieu en aout 2018.
  • Création en partenariat avec l’association de la Kasbah et avec l’appui de l’Ambassade de France au Maroc du festival  » Les Rendez-vous de l’Histoire de debdou » dont la première édition est prévue en septembre 2018 avec comme thème : Juifs et Musulmans du Maroc à travers l’Histoire.

 

Actuellement en projet :

  • Réhabilitation de Dar Marciano, maison emblématique du Mellah pour en faire une maison dédiée à la mémoire et aux association de la ville.
  • Opération  » Maisons d’Hôtes au Mellah de Debdou » : Aider les habitants du Mellah qui le souhaitent à aménager une chambre d’hôte leur permettant de recevoir des touristes et d’améliorer leurs situations économiques.

 

 

 

 

Pourquoi un festival de l’Histoire à Debdou ?

Debdou est une ville chargée d’histoire et de symboles. Autrefois place forte du royaume et de la dynastie mérinide, elle a joué un rôle important dans l’édification du Maroc contemporain. Elle fut également une place de résistance acharnée face à l’occupation française, mais elle a été surtout et à tout jamais connue pour être une ville de coexistence pacifique pendant plusieurs siècles entre les musulmans et les juifs chassés d’Espagne.

Ce projet s’inscrit dans la continuité des actions et projets menés dans le cadre de l’initiative royale de SM le Roi Mohammed VI, par l’Etat marocain, les pouvoirs publics, les collectivités territoriales et régionales ainsi que l’Agence de Développement de l’Oriental et qui ont pour objectif commun d’œuvrer pour sortir la ville de Debdou de son isolement, sa marginalisation et sa torpeur économique et sociale.

Les associations à l’initiative de ce projet souhaitent que ce festival unique au Maroc  contribuera à :

  • Faire connaître Debdou comme point d’attraction touristique chargé d’histoire et de symboles et lutter ainsi contre l’enclavement et l’isolement de la cité.
  • Valoriser le patrimoine matériel immatériel de la ville, contribuant ainsi à faire prendre conscience aux habitants de la ville de son importance et la nécessité de le sauvegarder
  • Faire de Debdou un symbole en rappelant l’héritage civilisationnel de Debdou, lieu de coexistence inter-religieuse entre juifs et musulmans dans une période très marquée par les replis identitaires et religieux.

 

Par cette initiative innovante, nous ambitionnons de faire connaître la ville de Debdou des marocains et des étrangers afin de susciter l’intérêt pour la ville et son histoire singulière. Il s’inscrit dans le cadre des initiatives visant à encourager l’émergence d’un tourisme culturel et cultuel qui favorise un développement économique de la ville profitable à ses habitants.

 

Quelles retombées pour la ville de Debdou ?

 

Les objectifs de cette initiative sont de trois natures :

Une visée sociale :

L’organisation de ce festival inédit permet de créer une dynamique dans la ville qui aura des retombées économiques et sociales sur les habitants de la ville.

Ce projet permettra aux habitants de porter un regard davantage positif sur leur ville confrontée à plusieurs problèmes socio-économiques avec le sentiment d’un abandon et d’une marginalisation. Nous pensons qu’il est de nature à renforcer le lien social et un sentiment de fierté pour ses habitants.

 

Une visée historique et culturelle :

La création de ce festival contribuera à faire connaître et reconnaître la richesse historique de la ville de Debdou dont beaucoup de marocains et même des habitants de Debdou ignorent le passé glorieux.

Il s’agit de susciter l’intérêt pour l’Histoire en général et pour celle de Debdou en particulier.

Il s’inscrit dans la droite lignée des projets impulsés dans la ville dans le cadre de l’initiative royale de sa Majesté le Roi Mohammed VI.

 

Une visée économique :

Debdou est une cité qui possède un extraordinaire patrimoine historique, civilisationnel, architectural et environnemental. Debdou rassemble également toutes les qualités requises pour développer un tourisme rural, culturel et cultuel qui aura un impact sur la vie économique de la cité.

Afin de disposer d’une infrastructure pour l’accueil des participants et des visiteurs, l’équipe du festival travaille avec des partenaires marocains et français sur un programme de restauration de chambres d’hôtes chez les habitants du Mellah et des quartiers historiques de Debdou. Ce programme se fera en concertation avec les acteurs locaux et les responsables de la collectivité et les services de la préfecture de Taourirt.

Avec les structures locales existantes à Debdou, à Taourirt et à Oujda, nous devrions disposer de places assez suffisantes pour accueillir les festivaliers.

Ce festival unique au Maroc permet à la ville d’être connue partout ce qui permet de développer un tourisme de qualité  point essentiel pour le développement futur de Debdou.

 

 A moyen et à long terme, ce projet a pour objectif :

 

– D’apporter une amélioration de la situation sociale et économique des populations les plus vulnérables de la ville de Debdou et qui souffrent de l’enclavement et de l’isolement de la ville.

– D’assoir une vraie politique de développement qui permet de sédentariser les populations sur place par des activités qui leurs procurent des revenus et des emplois durables.

 

 

 

Opération « Maisons d’Hôtes au Mellah de Debdou »  :

 

Contexte :

L’un des principaux obstacles à un développement touristique de la ville de Debdou est l’absence ou l’insuffisance  d’infrastructures hôtelières . Dans la perspective du festival   » Les Rendez-vous de l’Histoire » qui aura lieu à Debdou en septembre prochain et concertation avec des associations et des habitants de la ville, nous avons lancé l’opération « Maisons d’Hôtes au Mellah ».

Cette opération se met en place en partenariat avec l’association des Compagnons Bâtisseurs de Tours en France et l’association de la Kasbah de Debdou.

 

Les chantiers sont prévus en aout prochain avec la participation de jeunes bénévoles issus des quartiers de la ville de Tours et d’Orléans.

En quoi ça consiste ?

Cette opération consiste à aider les habitants du Mellah et des autres quartiers historiques de la ville à aménager des chambres d’hôtes pour pouvoir accueillir des visiteurs et des touristes.

Pendant le festival, ces chambres d’hôtes permettront d’accueillir les visiteurs et les participants chez l’habitant qui recevra en échange une rémunération.

Après le festival, l’habitant continuera à louer sa chambre d’hôtes s’il le souhaite aux touristes de passage à Debdou.

Une grande partie des matériaux nécessaire à la réhabilitation, notamment tout ce qui concerne les sanitaires sont fournis et acheminés vers Debdou,  grâce à la plate forme Soli’Bât des Compagnons Bâtisseurs de Tours.

le projet dans sa première tranche consiste à aménager 12 chambres d’hôtes à Debdou.

Le coût approximatif est d’environ 500 € par chambre soit un total de 6000 €

 

  Quels sont les objectifs de cette opération ?

Il s’agit de développer les bases d’un tourisme solidaire avec la participation des habitants. Un tourisme qui profite d’abord à la population de Debdou. les chambres d’hôtes permettront aux propriétaires de disposer d’un revenu d’appoint qui permet d’améliorer leur conditions de vie.

Cette opération permet de valoriser le patrimoine architectural ancien et sauvegarder par la même les habitations du mellah et des quartiers historiques dont beaucoup se trouvent dans un très mauvais état, faute d’entretien.

Il s’agit d’une opération qui permet de contribuer à préserver ce patrimoine historique qui est le Mellah de Debdou  symbole de la coexistence judéo-musulmane pendant des siècles.

Aujourd’hui les habitants du Mellahs sont pour la très grande majorité dans une situation de pauvreté extrême et n’ont pas les moyens d’entretenir ou de restaurer leurs habitations. Beaucoup, devant l’état de délabrement de leur habitation préfèrent quitter le quartier et s’installer dans les nouveaux quartiers de la ville. Le départ des habitants précipite à a chaque fois la dégradation du logement. beaucoup finissent par s’effondrer.

Cette opération très modeste par ces moyens qui en valorisant les habitations, devrait permettre de mieux sédentariser les habitants dans leurs logements du Mellah.

Il est certain vu l’état de délabrement de beaucoup de logements du Mellah que si rien n’est fait dans les prochaines années, ce quartier très historique risque tout simplement de disparaître à moyen terme et effacer ainsi une partie importante de la mémoire juive de la ville de Debdou.

 

Simon Lévy : Marocain d’abord !

http://albayane.press.ma/nouvel-hommage-a-simon-levy-travaux-de-recherche-darija-juifs-maroc.html

Six ans après la disparition du Dr Simon Lévy, un nouvel hommage lui a été rendu, jeudi soir, à l’initiative de l’Association Mimouna en partenariat avec la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc pour ses recherches et enquêtes compilées dans sa thèse de doctorat en études hébraïques, réalisée sous la direction de Haïm Zafrani et soutenue en 1990 à Paris 8 sous l’intitulé: «Parlers arabes des Juifs du Maroc: particularités et emprunts (histoire, sociolinguistique, géographie dialectale).

Présentant lui-même de manière résumée son travail, Simon Lévy écrivait que «jusque dans les années 1950, les Juifs du Maroc parlaient judéo-arabe, judéo-berbère, judéo-espagnol (Hakitiya), selon les régions. Le judéo-berbère a disparu durant les quarante dernières années. La Hakitiya a été réabsorbée par l’Espagnol moderne.

Les parlers arabes des juifs sont des modalités de l’arabe dialectal pré-hilalien. Ils présentent des particularités phonétiques, morphologiques et lexicales. On retrouve tout ou partie des particularités phonétiques et morphologiques dans les parlers pré-hilaliens. Ma thèse est fondée sur une enquête linguistique datant de 1972-1974: textes enregistrés, entretiens, questionnaire lexical. La recherche a porté sur les conditions d’établissement des communautés juives, sur le processus de différenciation de leurs parlers. Jusqu’à quel point les périodes de bilinguisme (arabe-berbère; arabo-espagnol; arabo-français) ont-elles influé? Les traits phonétiques permettent de regrouper les parlers juifs en trois groupes: 1. Fès, Meknès, Rabat-Salé, Séfrou; 1. Tafilalt, Wad Dra, Debdou 3. Marrakech, Essaouira, Safi, El Jadida, Azemmour».

Son travail englobe donc toutes les régions du pays, à l’exception de la région des Jabla dans le nord du Maroc où il a participé à une entreprise similaire menée en partenariat avec le Dr émérite Dominique Caubet de l’université de Paris 8 et le Dr Angeles Vincente de l’université de Saragosse qui participaient à cette cérémonie d’hommage.

Pour les deux linguistes, Simon Levy a été d’un grand apport pour mener à bon escient leurs recherches sur le parler des juifs du Maroc dans la région des Jbala dans l’ex-zone du protectorat espagnol.

Elles sont évidemment revenues sur leurs rencontres avec le professeur et collègue Simon Lévy, soulignant au passage ses qualités irréprochables de chercheur méticuleux, de travailleur infatigable et de perfectionniste.

Sur ce point, le modérateur de la rencontre Mohamed Hatim de la Faculté des lettres de Fès n’a pas tari d’éloges envers «Ssi Simon» qu’il a présenté comme étant «un homme à part».

Selon lui, Simon était un homme intègre et un militant de cœur porté plutôt sur l’action.

Après plusieurs années d’action et de militantisme politique et syndical, le juif qui somnolait en Simon l’a poussé à créer le Musée juif de Casablanca où il a rassemblé une riche documentation sur le passage des juifs au Maroc et leur legs culturel, patrimoine que ses héritiers ont d’ailleurs remis comme don à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM) et aux Archives du Maroc.

Simon se disait Marocain d’abord et accessoirement juif, a-t-il rappelé.

Et de poursuivre : Simon ne s’affichait jamais. Son abnégation l’amenait à se placer toujours derrière au cours de toutes les manifestations.

Mais Simon était aussi un bon vivant qui aimait la bonne bouffe et les choses gaies de la vie, dira encore Hatimi.

Il savait aussi devenir agréable quand il obtient satisfaction, a-t-il noté. Ce qui n’exclut pas qu’il était aussi capable de piquer des colères quelquefois insupportables, a affirmé Dr Hatimi.

La soirée s’est poursuivie par un autre hommage rendu cette fois-ci par le directeur des Archives du Maroc, Jamaâ Baida à Germain Ayache, cet autre historien de confession juive, venu à la discipline par un concours de circonstances.

Militant communiste depuis le milieu des années 30, il a été congédié pendant la deuxième guerre mondiale de son poste d’enseignant au Lycée Lyautey, ce qui lui a laissé le temps de faire des recherches sur l’histoire du Maroc et en particulier, sur «la fin de l’indépendance du Maroc (1880-1912).

Selon Dr Baida, qui a passé en revue toute l’œuvre de «son professeur et collègue», Germain Ayache, le militant et le chercheur voyait en l’histoire non pas un travail de recherche pour la recherche mais une véritable science utile pour le bien de la société.

M’barek Tafsi

Le projet de festival  » Les Rendez-vous de l’Histoire  » de Debdou : Le passé au cœur de l’avenir

 

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’organiser un festival culturel consacré à l’Histoire avec à chaque édition un thème particulier. Ce festival a été imaginé en s’inspirant de celui de la ville de Blois en France : Les Rendez-vous de l’Histoire.

Pour ce qui nous concerne, nos ambitions sont plus modestes, puisqu’il s’agit d’un festival d’une durée de trois jours ponctué d’animations, de conférences-débats, de films,  de musiques, d’expositions, d’ateliers et de visite de sites.

Lors de ce festival, seront invités des professeurs ou écrivains de renommée nationale ou internationale, spécialistes du thème abordé.

Des films choisis selon la thématique du festival seront projetés, ainsi que des expositions de livres et de photos.

Ce projet de festival est innovant dans le sens où il serait le seul dans notre royaume à ce jour consacré uniquement à l’Histoire.

La première édition du festival est programmée au printemps prochain (Date à préciser ultérieurement). le thème choisi est : Juifs et musulmans au Maroc à travers les siècles

Pourquoi un festival de l’Histoire à Debdou ?

Debdou est une ville chargée d’histoire et de symboles. Autrefois place forte du royaume et de la dynastie mérinide, elle a joué un rôle important dans l’édification du Maroc contemporain. Elle fut également une place de résistance acharnée face à l’occupation française, mais elle a été surtout et à tout jamais connue pour être une ville de coexistence pacifique pendant plusieurs siècles entre les musulmans et les juifs chassés d’Espagne.

Ce projet s’inscrit dans la continuité des actions et projets menés dans le cadre de l’initiative royale de SM le Roi Mohammed VI, par l’Etat marocain, les pouvoirs publics, les collectivités territoriales et régionales ainsi que l’Agence de Développement de l’Oriental et qui ont pour objectif commun d’œuvrer pour sortir la ville de Debdou de son isolement, sa marginalisation et sa torpeur économique et sociale.

Les associations à l’initiative de ce projet souhaitent que ce festival unique au Maroc  contribuera à :

  • Faire connaître Debdou comme point d’attraction touristique chargé d’histoire et de symboles et lutter ainsi contre l’enclavement et l’isolement de la cité.
  • Valoriser le patrimoine matériel immatériel de la ville, contribuant ainsi à faire prendre conscience aux habitants de la ville de son importance et la nécessité de le sauvegarder
  • Faire de Debdou un symbole en rappelant l’héritage civilisationnel de Debdou, lieu de coexistence inter-religieuse entre juifs et musulmans dans une période très marquée par les replis identitaires et religieux.

 

Par cette initiative innovante, nous ambitionnons de faire connaître la ville de Debdou des marocains et des étrangers afin de susciter l’intérêt pour la ville et son histoire singulière. Il s’inscrit dans le cadre des initiatives visant à encourager l’émergence d’un tourisme culturel et cultuel qui favorise un développement économique de la ville profitable à ses habitants.

 

Quelles retombées pour la ville de Debdou ?

 

Les objectifs de cette initiative sont de trois natures :

Une visée sociale :

L’organisation de ce festival inédit permet de créer une dynamique dans la ville qui aura des retombées économiques et sociales sur les habitants de la ville.

Ce projet permettra aux habitants de porter un regard davantage positif sur leur ville confrontée à plusieurs problèmes socio-économiques avec le sentiment d’un abandon et d’une marginalisation. Nous pensons qu’il est de nature à renforcer le lien social et un sentiment de fierté pour ses habitants.

Une visée historique et culturelle :

La création de ce festival contribuera à faire connaître et reconnaître la richesse historique de la ville de Debdou dont beaucoup de marocains et même des habitants de Debdou ignorent le passé glorieux.

Il s’agit de susciter l’intérêt pour l’Histoire en général et pour celle de Debdou en particulier.

Il s’inscrit dans la droite lignée des projets impulsés dans la ville dans le cadre de l’initiative royale de sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Une visée économique :

Debdou est une cité qui possède un extraordinaire patrimoine historique, civilisationnel, architectural et environnemental. Debdou rassemble également toutes les qualités requises pour développer un tourisme rural, culturel et cultuel qui aura un impact sur la vie économique de la cité.

Ce festival unique au Maroc permet à la ville d’être connue partout ce qui permet de développer un tourisme de qualité  point essentiel pour le développement futur de Debdou.

A moyen et à long terme, ce projet a pour objectif :

– D’apporter une amélioration de la situation sociale et économique des populations les plus vulnérables de la ville de Debdou et qui souffrent de l’enclavement et de l’isolement de la ville.

– D’assoir une vraie politique de développement qui permet de sédentariser les populations sur place par des activités qui leurs procurent des revenus et des emplois durables.

 

Le thème de la première édition : un choix symbolique

Le thème de ce festival est une occasion de rappeler l’histoire de toute cette région de l’Oriental caractérisée par la coexistence et la cohabitation entre les Marocains de confession musulmane et juive.

Cette coexistence qui a été une réalité quotidienne chez les Marocains depuis des siècles, est aujourd’hui un fait protégé à travers la consécration dans la nouvelle Constitution de toutes les composantes de l’identité nationale. Celle-ci stipule que l’unité du Maroc, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo hassanie, s’est nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen.

Debdou qui a accueilli les juifs espagnols chassés de l’Espagne Catholique à la fin du XIVème siècle est un exemple de la coexistence pacifique multiculturelle et inter-religieuse.

Cimetière juif antique de Debdou

Lors de sa visite à Debdou en février 2014, M. André Azoulay, Conseiller de SM. Le Roi a déclaré que  Debdou a été un espace de civilisation qui a su préserver sa diversité culturelle avec la présence d’un judaïsme éclairé, notant que le monde a besoin de ce message qui part de cette ville.

Debdou représente quelque part la singularité du Maroc qui a toujours su s’afficher comme un espace de tolérance et de dialogue interreligieux par rapport à d’autres pays du monde arabo-musulman.

Ce festival participe à l’impératif de préserver la diversité culturelle et la richesse du patrimoine historique et civilisationnel de la ville de Debdou et de la transmettre aux générations futures dans un monde aujourd’hui marqué par le repli et les crispations identitaires et religieuses.

 

Contacts

Monsieur Jamal Al Mohammadi, président de l’AKDES ( Association de la Kasbah pour le développement et l’Entraide Sociale) :

Tél. : 00 212 673 88 12 79

alkasbah.debdou@gmail.com

 

Monsieur Fath Allah Meziane, président de l’association des « Amis de Debdou » :

Tél. : 00 33 6 20 91 18 10 (France)  / 00 212 610 125 274  (Maroc)

amis@debdou.fr

www.debdou.fr

Page Facebook du festival

 

 

 

 

 

 

 

« Les Rendez-vous de l’Histoire de Debdou »


Après plusieurs mois de travail et de réflexion, nous avons le plaisir de vous annoncer que notre association l’AKDES : L’Association de la Kasbah pour le Développement et l’Entraide Sociale en partenariat avec l’association française  » Les Amis de Debdou » et en collaboration avec l’association Ibn Khaldoun de Debdou, travaille sur le projet d’un festival culturel consacré à l’histoire qui s’intitule  » Les Rendez-vous de l’Histoire ».

Ce projet a été imaginé sur le modèle de celui du festival du même nom de la ville de Blois en France.

Nous avons présenté ce projet à l’Ambassade de France dans le cadre de l’appel à projets PICSSA. Nous avons le plaisir et nous sommes heureux de vous annoncer que notre projet a été retenu et bénéficiera du soutien de l’Ambassade de France que nous tenons à remercier pour la confiance qu’elle nous a accordé en nous apportant son soutien.

Concrètement, il s’agit d’organiser un festival culturel annuel consacré à l’Histoire avec à chaque édition un thème particulier. Ce festival a été imaginé en s’inspirant de celui de la ville de Blois en France : Les rendez-vous de l’histoire.

Ce festival durera 3 jours qui seront ponctués d’animations, de conférences-débats, de films, de musiques, d’expositions, d’ateliers et de visite de sites.
Lors de ce festival, seront invités des professeurs ou écrivains de renommée nationale et internationale, spécialistes du thème abordé.

Des films choisis selon la thématique du festival seront projetés, ainsi que des expositions de livres et de photos.
Ce projet de festival est innovant dans le sens où il serait le seul dans notre royaume à ce jour consacré uniquement à l’Histoire.

La première édition de ce festival aura lieu au printemps prochain avec comme thème : « Juifs et musulmans au Maroc à travers les siècles, l’exemple de Debdou ».

Ce thème a été choisi pour rendre hommage à cette cité au passé riche et glorieux où juifs et musulmans arabes ont vécu ensemble pendant des siècles.

Par ce projet innovant, nous avons l’ambition de faire connaître notre ville afin que son exemple soit connu et serve de message au monde d’aujourd’hui marqué par le repli religieux et identitaire.

Cette action s’inscrit dans une démarche globale qui vise à exploiter les potentialités de la ville (patrimoine, histoire, site et paysages) pour susciter l’intérêt pour notre ville dont les habitants et particulièrement les jeunes, souffrent de précarité, de marginalisation et d’exclusion. Ceci afin de créer les conditions d’un développement économique basé sur le tourisme cultuel, culturel et rural.
.
Nous appelons toutes les forces vives de Debdou, représentants de la ville, autorités et institutions locales, départementales et régionales ainsi que la société civile à se joindre à nous pour réussir ce défi pour notre chère ville. Nous souhaitons que cette importante manifestation culturelle soit l’occasion de nous réunir tous pour travailler ensemble dans l’intérêt de notre belle cité de Debdou.
Merci à vous tous et au travail…

Page Facebook  » Les Rendez-vous de l’Histoire de Debdou »